Accueil - Festivals - Rencontres autour du Film Ethnographique

23ème Rencontres autour du Film Ethnographique

Ethnologie

Du 8 au 18 novembre 2019
Grenoble, 38-Isère
Maison des sciences de l'homme (campus), Cinémathèque de Grenoble, Cinéma Juliet Berto, Bibliothèque Kateb Yacine, le Train Fantôme, le 102, Mon Ciné.

page facebook


ethno.cine}a{gmail.com

Programme

THÉMATIQUE 2019 - OH, LA NUIT !

Plongé dans la nuit, les lumières éteintes, à travers une forêt d’ombres, le cinéma peut commencer. La pellicule impressionnée s’est dévoilée dans le noir épais du labo, entre marmites chimiques et ampoules rouges. Au-dessus de nos têtes, le faisceau du projecteur traverse la salle obscure pour étaler ses images sur la surface blanche de l’écran.

Dans la nuit, du cinéma commence. Et là où on ne peut pas voir, il fait voir quelque chose : il arrache des images – juste quelques traces frêles, parfois – en malaxant la matière de la lumière et de l’ombre. Ils sont nombreux, les cinémas qui habitent la nuit entre rêve et insomnie : des cinémas bercés par un chant nocturne chuchoté, des cinémas sans demeure fixe, qui zonent dans les rues, des cinémas qui travaillent quand nous dormons, des cinémas qui partent au crépuscule et reviennent au petit matin, des cinémas qui dansent l’éros de la fête. Il s’agit de se laisser emporter par ces cinémas dans les nuits du monde où
des gens invisibles triment, où d’autres marchent sans cesse, et où d’autres, encore, séduisent et se laissent séduire…

Notre vingt-troisième édition est une invitation à la nuit, pour aller à la
rencontre des vies nocturnes et des communautés de la pénombre, que d’habitude on ne rencontre pas. Nous vous proposons de venir vous lover dans les fauteuils pour veiller au fil de projections longues et courtes, de séances d’écoute, de performances sonores et visuelles, de débats… jusqu’aux premiers rayons du matin. Les formes documentaires seront toujours à l’honneur, dans toutes les métamorphoses suggérées par les suggérées par les rêveries et les ivresses de
minuit.

« Et toi tu veilles, tu es l’un des veilleurs, tu repères le suivant en agitant le brandon tiré du fagot, près de toi. Pourquoi veilles-tu ? Il faut que quelqu’un veille, dit-on. » (F. Kafka)